Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Sophrologie à l’école

Rééducation de l’écriture : 2 alliées à l’école, sophrologie et graphothérapie!

Les programmes de l’éducation nationale délivrés dans les écoles élémentaires sont appropriés à la plupart des enfants. Néanmoins, certains enfants ont parfois besoin d’être accompagnés dans l’apprentissage de l’écriture. Surtout après avoir vécu les confinements, évictions scolaires pour cause de cas contact, ou contaminés par le COVID. En effet, les apprentissages à la maison n’ont pas permis à tous d’acquérir le mêmes bases du graphisme. La sophrologie à l’école, alliée à la graphothérapie, propose une réponse à cette problématique.

Quand le geste graphique devient coûteux, le passage à l’écrit devient parfois difficile. Les enseignants constatent des élèves très pertinents à l’oral qui se découragent à l’écrit. C’est peut-être le cas de votre enfant qui pourrait avoir besoin d’aide pour améliorer son écriture.

Comment aider les enfants qui souffrent de difficultés d’écriture?

C’est en partant de ce constat que j’ai été contactée par une une graphothérapeute pour aider les enfants ensemble, en alliant nos compétences! Rapidité , fluidité, tenue du stylo , décontraction, posture … 2 professionnelles vous proposent de les accompagner dans cette « rééducation ». Maud, graphothérapeute, leur donnera les outils concrets pour améliorer leur graphisme. Céline, sophrologue, leur permettra de prendre confiance en eux, de mieux se concentrer, d’avoir envie de s’appliquer et de se motiver grâce à leur super-pouvoir: leur respiration!

La pratique de la sophrologie va permettre la mise en place facilitée de l’outil graphique. Développement de la concentration, de la mémoire, de la compréhension des consignes, … C’est l’alliance des deux techniques qui fait le succès de ce stage que nous mettons en place pendant les vacances scolaires depuis 2021.

Neurosciences: le fonctionnement du cerveau peut être renforcé grâce à la sophrologie.

La sophrologie à l’école a toute sa place. Elle permet le développement des fonctions exécutives, indispensables à tout apprentissage! De nombreuses études démontrent que la pratique de la relaxation, de la respiration et de la visualisation permettent d’activer le cortex pré-frontal. Il s’agit de la zone du cerveau qui gère les fonctions exécutives.

Ces trois fonctions exécutives sont la mémoire de travail, le contrôle inhibiteur et la flexibilité cognitive. Elles sont responsables, entre autres, de la mémoire, de la concentration, de la planification ou organisation des tâches. Elles gèrent aussi la capacité à résister aux distractions et à inhiber les informations non pertinentes. Enfin, elles permettent une meilleure compréhension des consignes et une meilleure adaptation aux situations et aux autres.

Pour en savoir plus sur les fonctions exécutives:

Les stages « bien dans sa trousse » et « à l’aise avec ses crayons »

Ces stages sont ouverts aux enfants de la GS au CM2-entrée en 6ème, par niveau, et se déroulent pendant les vacances scolaires de 9h30 à 12h sur 4 ou 5 matinées selon les âges des enfants.

Le planning 2022-23 est désormais disponible:

Infos et réservations : 06.74.81.11.94 ou 06.37.74.04.90. ou via le formulaire de contact.

Sophrologie et enfance

Comment expliquer la sophrologie aux enfants ?

Les enfants viennent voir un sophrologue à la demande de leurs parents, il ne s’agit pas de leur choix. Lorsque les parents prennent cette décision, c’est parce qu’ils ont constaté une ou plusieurs difficultés auxquelles leur enfant fait face, et ils cherchent des solutions pour les aider. Parfois, ils sont démunis (« on a tout essayé, on ne comprend pas »). Il est primordial que l’enfant soit d’accord pour rencontrer le sophrologue, qu’il soit conscient de la difficulté en question, et qu’il ait envie de s’en défaire (et surtout, qu’il y soit prêt).

Après en avoir parlé avec votre enfant (par exemple, si votre enfant souffre d’énurésie, et après consultation auprès de votre médecin pour écarter toute pathologie), vous pouvez lui proposer l’aide d’un sophrologue pour mettre à distance ce problème en lui présentant les choses de cette manière :

« La sophrologie, c’est une méthode qui va t’aider à te sentir mieux dans ton corps, dans ta tête et dans ton cœur. Tu vas apprendre à te relaxer, à mieux respirer, et à améliorer tes capacités. C’est un entraînement pour réussir ! En apprenant à maîtriser ta respiration, tu vas apprendre à maîtriser ton corps, tes émotions, toute ta vie, en fait, et donc, tu pourrais mieux accepter et maîtriser ce que tu vis en toi (colères, énurésie, sommeil, peurs, timidité, séparation des parents, difficultés scolaires, TDA, HPI, trouble DYS, …) ! »

Voir comment expliquer la sophrologie aux enfants ou aux ados ici:

Vous pouvez aussi apporter des précisions sur les techniques employées :

  • La respiration : des jeux permettent d’apprendre à mieux utiliser sa respiration, ou utilise un coussin, un ballon, un flacon de bulles de savon, une bougie, et autres, afin d’entraîner sa capacité respiratoire, la rendre plus efficace, puis, on apprend à se servir de son souffle pour se calmer, ou chasser des peurs ou des colères.
  • La relaxation : tu vas apprendre à aimer être au calme et à sentir ton corps relaxé en écoutant des contes avec les yeux ouverts, puis, avec les yeux fermés. Au départ, des histoires courtes, puis de plus en plus longues.
  • Les mouvements corporels : tu vas améliorer tes capacités (concentration, confiance en toi, calme, joie, …) en pratiquant des mouvements avec ton corps, comme de la gym, pour débloquer ton corps et mieux le connaître, pour apprendre à mieux t’aimer, à te faire des compliments à toi-même.
  • La visualisation : tu peux utiliser ton imagination pour préparer ta réussite et améliorer ta motivation, penser au meilleur de ta journée et non avoir peur de ce qui pourrait arriver de pire ! Ces exercices peuvent t’aider à te rassurer et te débarrasser de tes peurs !

Pourquoi proposer la sophrologie aux enfants souffrant de TDA/TDAH/troubles DYS/HPI ?

Les TDA, troubles DYS ou HPI ne sont pas des maladies à soigner ! Ce sont des spécificités, des particularités de certains enfants qui peuvent être source de difficultés scolaires, relationnelles, émotionnelles. La sophrologie ne guérit pas, elle permet de développer ses potentiels, et tous les enfants ont de grands potentiels qu’ils ignorent ! Grâce à la sophrologie, ces enfants dits atypiques vont apprendre à vivre avec leur particularité, avec leur trouble, en développant des capacités pour y faire face.

Par exemple, renforcer la confiance en soi peut permettre à l’enfant HPI de s’accepter et de trouver sa place au sein de la classe. Entraîner sa capacité de concentration peut permettre à l’enfant souffrant d’un TDA de retrouver le calme et de réussir à focaliser son attention sur une tâche. Les mouvements corporels par l’acceptation du schéma corporel peuvent aider l’enfant avec un trouble DYS à mieux connaître et maîtriser son corps. Les techniques de respiration vont accompagner l’enfant souffrant d’un TDAH à davantage de calme et de maîtrise de lui. Les techniques de visualisation peuvent donner confiance en sa réussite aux enfants souffrant de dysgraphie ou dyslexie. La sophrologie ne soignera pas ces « maux », elle permettra aux enfants de développer des potentiels pour les contrer.

Des études récentes comme celle parue dans « journal of neurophysiology » ont démontré que les techniques de respiration et de visualisation comme celles employées en sophrologie activent des zones du cerveau liées aux émotions, à la conscience corporelle, à l’attention, ainsi que le système nerveux parasympathique. L’activation de ces régions va donc permettre aux enfants de « muscler » ces zones du cerveau, ce qui contribue à atténuer les symptômes liés à ces troubles ou à ces spécificités.

Quels sont les bienfaits de la sophrologie pour les enfants?

La pratique de la sophrologie est efficace grâce à l’entraînement. La force de la méthode, c’est la pratique. Plus on pratique, et plus on « muscle » le cerveau. Les enfants n’ayant pas de schémas pré-établis dans le cerveau depuis 40 ans, il est d’autant plus rapide de muscler le cerveau, ils retiennent vite !

Ils vivent en séance individuelle un moment privilégié avec le sophrologue : une heure avec un adulte, rien que pour eux ! Dans ce monde où nous manquons de temps, cette parenthèse leur apporte beaucoup, et ils finissent par se livrer, s’ouvrir. La pratique à la maison permet aussi d’associer la famille, les parents et les frères et sœurs, il m’arrive souvent d’entendre que les enfants se transforment en sophrologues à la maison pour aider un frère ou une sœur à traverser un moment de peur, comme un cauchemar, par exemple ! Ils réutilisent les outils dans le quotidien en créant une nouvelle harmonie à la maison.

Grâce à cela, ils développent une autonomie, et donc, améliorent leur confiance en eux (j’ai souvent le retour de parents qui sont étonnés de voir leur enfant leur expliquer comment utiliser la respiration pour se calmer lorsqu’ils se fâchent, les tensions retombent plus vite, tout le monde est gagnant !).

Les enfants arrivent à gagner en calme à mesure qu’ils prennent goût aux séances de relaxation. Ils améliorent en même temps leur concentration, de facto, ce qui a une incidence sur le travail scolaire, d’ailleurs, les premiers retours des parents après les premières séances sont souvent que « la maîtresse a remarqué qu’il-elle était plus concentré(e).

Comment applique-t-on la sophrologie aux enfants ?

  • En premier lieu : par le jeu ! C’est la sophro-ludique. Il s’agit d’adapter les techniques sophrologiques et de les matérialiser pour l’enfant. L’enfant apprend mieux en s’amusant et retient lorsqu’il prend plaisir. J’utilise des jouets, des jeux, des postures pour mieux utiliser sa respiration, dans un premier temps, puis, dans un second temps, on y ajoute une intention en fonction de la thématique pour laquelle l’enfant vient me voir.
  • Ensuite, par le conte ! Guider une séance de relaxation les yeux fermés et assis sur une chaise pendant 30 minutes à un enfant serait difficile pour captiver son attention. En lui racontant une histoire, il est possible de faire passer les mêmes messages, et d’impliquer l’enfant dans la séance, pour lui donner envie d’essayer de se détendre. Comme lorsque vous lisez une histoire à votre enfant, ou qu’il est concentré sur une activité qui lui plaît, cela a un effet méditatif, l’enfant est plongé dans son activité et se détend sans s’en rendre compte.
  • Mais aussi, par le mouvement ! La pratique des relaxations dynamiques (mouvements corporels) permet de mieux découvrir son schéma corporel, être conscient de toutes les parties de son corps, pour apprendre à mieux s’accepter, être plus sûr de soi.
  • Enfin, en utilisant son imagination (« on disait que j’étais une princesse et toi, un chevalier… »). La visualisation positive est assez simple à mettre en place avec les enfants, qui disposent le plus souvent d’une imagination débordante ! Le challenge sera de leur apprendre l’acceptation progressive d’une situation qui les angoisse, par exemple, vers une situation réussie (stress des évaluations, entre autres), ou la substitution d’une émotion négative par un sentiment plus positif (peur du noir, angoisse de séparation, …).

En cette période troublée que traverse notre société : prépondérance des écrans, baisse de disponibilité des adultes qui travaillent, un monde qui va de plus en plus vite, exacerbé par la situation sanitaire, puis, la guerre en Ukraine, la sophrologie apporte des réponses concrètes à bien des maux que traversent les enfants et que l’on ne peut pas résumer à de simples caprices.

Leurs peurs, angoisses, colères, fatigue, incompréhensions trouvent leur source dans leur environnement, on ne peut pas gommer d’un coup de baguette magique toutes les origines de ces malaises, et la sophrologie permet simplement d’apprendre à mieux vivre sa vie, à se sentir bien dans sa tête, dans son cœur, et dans son corps même quand tout est agité autour de soi.

En associant la famille au parcours de l’enfant, le rôle du sophrologue est aussi de déculpabiliser les parents qui portent souvent le poids de la culpabilité de ce que traverse leur enfant. La sophrologie permet de comprendre que chacun fait de son mieux, le mieux d’aujourd’hui n’étant pas le même que le mieux de demain, elle permet à chacun de reprendre sa place pour améliorer le quotidien des familles.


La sophrologie caycédienne

Qu’esy-ce que la sophrologie caycédienne?

Etymologiquement, le terme sophrologie signifie « étude de la conscience en harmonie » :

SOS : harmonie, équilibre

PHREN : conscience, esprit

LOGOS : science, discours

Le terme sophrologie a été créé en 1960 par le Pr Caycedo, médecin neuropsychiatre pour désigner une école scientifique qui étudie la conscience.

La sophrologie est une méthode qui regroupe des exercices de respiration, de détente musculaire, de mouvements corporels et de visualisation. Ils permettent de mobiliser le corps et l’esprit en vue de renforcer ses capacités, développer ses potentiels et ses valeurs. C’est un moyen de vivre en accord avec soi-même tout en intégrant les éléments extérieurs à soi. On y développe donc, entre autres, le lâcher-prise, la confiance en soi, la détente, … On se libère des émotions négatives, on apprend à mieux se connaître. Ce qui permet de se positionner d’une manière différente face aux difficultés de la vie.

Les origines de la sophrologie Caycedienne

La sophrologie Caycédienne est un terme qui a été créé postérieurement au terme de sophrologie. Le but était de protéger la méthode du Pr Caycedo. Il existe donc d’autres courants de sophrologie. Le terme de sophrologie Caycédienne permet de préciser que la méthode employée est celle qu’ Alfonso Caycedo a définie. La sophrologie Caycédienne désigne une professionnalisation dans l’emploi de la méthode sophrologique. Elle s’utilise en médecine, par des médecins sophrologues, ou en prophylaxie sociale par des sophrologues. C’est cette sophrologie que je pratique ! 

Elle trouve donc ses origines dans la psychiatrie et la neurologie. Les techniques d’hypnose, de relaxation, du yoga, de la psychologie occidentale et de la philosophie phénoménologique sont venues la compléter. C’est donc une méthode complètement originale dans sa pratique et sa méthodologie. Chaque séance de sophrologie est l’occasion de vivre les ressentis du corps et de les exprimer à travers la phénoménologie. La phénoménologie est l’étude du phénomène vécu. On voit la réalité telle qu’elle est sans jugement ni interprétation. Ce qui revient à percevoir les choses, les personnes, les situations en dehors de toute analyse. On parvient ainsi à faire taire le mental et à développer son intuition.

la sophrologie caycédienne: c'est quoi?

Qu’est ce qu’un sophrologue ?

Un sophrologue est un pédagogue. J’aime définir le sophrologue comme un pédagogue de l’existence. C’est une définition que je tiens de Patricia Penot qui m’a formée à la sophrologie. Le sophrologue, donc, ou pédagogue, va permettre au bénéficiaire d’apprendre à faire autrement avec lui-même, à voir la vie sous un autre angle, un angle plus positif.

A la différence d’un thérapeute qui va amener son bénéficiaire à analyser et comprendre POURQUOI il rencontre une difficulté, le sophrologue amène plutôt à trouver COMMENT faire pour la surmonter, avec quels outils. C’est en cela qu’il est pédagogue, il fournit les outils pour se sentir mieux.

Parce que ce n’est pas parce qu’on a compris POURQUOI ça ne va pas qu’on sait COMMENT faire pour aller mieux !

Il est donc primordial de définir dès le début de l’accompagnement l’objectif du bénéficiaire afin de pouvoir l’orienter, si besoin, vers un confrère psychologue, par exemple. Dans cette optique d’accompagnement répondant au mieux aux besoins de chacun, je travaille en partenariat avec d’autres confrères. Des confrères psychologue, neuro-psychologue, psychomotricien, ostéopathe, graphothérapeute, sophrologues spécialisés dans certains domaines, chiropracteur, …

Quelles sont les fausses croyances autour de la sophrologie ?

Idée reçue numéro 1:

  • « La sophrologie est une secte » : très loin de l’endoctrinement d’un groupe, la sophrologie amène, au contraire, à développer une meilleure connaissance de SOI. Ce qui est l’opposé de l’endoctrinement recherché par les gourous dans les dérives sectaires. La sophrologie va permettre de découvrir ses valeurs, de développer ses potentiels individuels, chacun vit sa propre expérience. Lors des séances de sophrologie, le sophrologue guide la séance en prenant en compte les spécificités de la personne accompagnée. Il la laisse libre dans ses visualisations (choisir de visualiser, par exemple, une image positive sans en préciser le contenu afin que le bénéficiaire fasse son propre choix). Nous sommes donc là bien loin des manipulations sectaires.

Idée reçue numéro 2:

  • « La sophrologie est une thérapie brève » : c’est à nuancer. En effet, la sophrologie n’est pas une analyse qui va durer des années! Néanmoins, selon la problématique de chacun, l’investissement de la personne, la régularité de la pratique, et les éventuels blocages sur le parcours, l’accompagnement peut durer de quelques semaines à plusieurs mois.

Idée reçue numéro 3:

  • « Quelle est la différence entre sophrologie dynamique et relaxation dynamique ? » : la sophrologie dynamique est un courant de la sophrologie s’inspirant de la sophrologie Caycédienne. Les relaxations dynamiques sont les techniques principales de chaque degré enseignées en sophrologie Caycédienne. Le sophrologue va les faire découvrir à son bénéficiaire au cours de l’accompagnement, et selon ses besoins propres.

Idée reçue numéro 4:

  • « Les formations de sophrologues ne sont pas sérieuses ». Les formations en sophrologie sont, pour certaines, inscrites au Répertoire Nationale des Compétences Professionnelles. D’une durée de deux ans, elles sont délivrées par des organismes sérieux et contrôlés. C’est un gage de qualité (et c’est le cas de ma formation délivrée par le centre évolution formation conseil à Montereau Fault Yonne sous le contrôle de la société française de sophrologie). Les cours de sophrologie y sont délivrés de manière théorique et pratique.,La fin de formation est sanctionnée par un diplôme obtenu après contrôle des connaissances théoriques et examen de mise en pratique de la méthode.

Comment choisir un sophrologue ?

Faites le point avec vos besoins. Un sophrologue n’est pas un relaxologue. Si vous souhaitez juste vous détendre, une séance de relaxation est différente d’un accompagnement en sophrologie. L’accompagnement en sophrologie va impliquer un travail sur soi, et faire évoluer la personne. Un sophrologue n’est pas un psychologue. Si vous avez besoin de comprendre l’origine d’un mal-être et de parler avec un professionnel, la sophrologie ne répond pas à la question « pourquoi ».

Pour vous accompagner au mieux, les sophrologues doivent établir une alliance avec leurs bénéficiaires. Cela signifie que vous devez vous sentir en confiance avec votre sophrologue dès le premier entretien.

Chaque sophrologue a une ou des spécialités, par exemple, je reçois beaucoup d’enfants et aussi ceux qui les encadrent (instituteurs-institutrices, parents) et je me suis spécialisée dans cet accompagnement, n’hésitez pas à questionner le sophrologue sur ses spécialités lors du premier contact afin d’être sûr de bénéficier du meilleur accompagnement possible.

Fiez-vous au bouche à oreilles, les avis des personnes ayant reçu un accompagnement sont le meilleur indicateur, surtout pour des demandes variées.

Pour en savoir plus sur votre sophrologue, cliquez ici:

Où, comment, et pourquoi choisir la sophrologie caycédienne comme moyen d’accompagnement?

Un cabinet de sophrologie est également un lieu propice à la détente, au lâcher-prise, à la confidentialité des échanges, il est important que vous vous y sentiez bien, l’endroit où exerce le sophrologue doit vous convenir.

La sophro a des champs d’application infiniment vastes, elle permet de répondre à de nombreux maux de notre société : gestion du stress, des émotions, difficultés de sommeil, de confiance en soi, accompagnement du deuil ou de la maladie, de la douleur chronique, phobies, conduite du changement, difficultés d’apprentissage, de concentration, et tant d’autres domaines.

Une séance de sophrologie va plus loin qu’une séance de relaxation tout en n’entrant pas dans le champ des thérapies. Comme un entraînement autogène, elle se développe à partir des éléments propres à chacun, c’est-à-dire qu’elle vise à faire émaner en pleine conscience des capacités et potentiels déjà présents en nous et que nous ignorions ou avions oublié, et qui sont différents pour chaque être humain.

Sa pratique régulière va agir en profondeur pour créer de nouvelles synapses neuronales, ou les réveiller, un peu comme un entraînement cérébral, en vue de ressentir un certain mieux-être et de sortir des schémas préétablis dans notre cerveau, ces croyances qui nous limitent dans nos choix et nos décisions.

Concrètement, le sophrologue vous propose l’enregistrement des séances, de noter le déroulement des techniques et vos ressentis pour permettre, comme dans une technique d’imagerie mentale, de préparer votre cerveau à vivre un avenir plus positif. Ainsi, vous pouvez poursuivre l’entraînement chez vous, en toute autonomie, pour apprendre peu à peu à utiliser les différentes techniques comme une boîte à outils dans votre quotidien, sans dépendance avec votre accompagnant.

Pour résumer la sophrologie caycédienne

Grâce à la sophrologie, vous pouvez résoudre bien des difficultés liées au malaise actuel dans notre société : place prépondérante des écrans dans nos vies, un monde qui va de plus en plus vite, situation sanitaire, géopolitique, et économique instables. La sophro permet de relier le corps et l’esprit. Elle permet de reprendre goût aux plaisirs simples comme la détente musculaire. Et alors, le corps envoie ce message de bien-être au cerveau, qui se nourrit de positif, pour sortir de l’habituel schéma consistant à nourrir le corps des images négatives stressantes que nous fabriquons si facilement avec notre cerveau ! Un corps qui expérimente des sensations agréables pendant une séance de sophrologie envoie ce message clair au cerveau que tout va bien, tandis qu’un esprit qui rumine le passé ou anticipe anxieusement le futur envoie ce message tout aussi clair au corps que rien ne va plus ! 

Mon métier consiste à inverser la tendance et à vous aider à développer une vision plus positive de la vie ! 

La sophrologie, c’est la pédagogie de la vie !